Philippe Martin de Lespinaz (1692-1754) fuit les guerres de religion en Suisse et crée la Maison Lépine en 1714.
Il s’installe dans un premier temps entre Saône et Rhône, près du pont du Change, en tant que rémouleur.

1714

Son fils Gaspard devient « maître coutelier ». Cette activité perdure jusqu’en 1860, date à laquelle l’entreprise commence à développer une activité d’instruments chirurgicaux.

1860

Premier catalogue d’instruments de chirurgie de la Maison Lépine. Il contient des instruments de dissection, d’autopsie, des trousses professionnelles et des séries d’instruments spécialisés par organes (yeux, oreilles, bouche, etc.) ainsi que des appareils médicaux (aspirateurs, draineurs, pulvérisateurs et autres fumigateurs)

1882

La Maison Lépine accompagne la naissance et l’évolution de l’art médical à Lyon en développant et commercialisant des instrumentations et des techniques personnalisées à la demande des chirurgiens (bouton de Jaboulay, boîte de résection osseuse d’Ollier, couteau de Smillie, pince de Nicollet, crochet de Trillat, etc.)

1900 - 1950

La fabrication traditionnelle se mécanise et s’industrialise en profitant des progrès des aciéries, des fabricants de tubes et vis et des polisseurs. La Maison Lépine devient fournisseur officiel de la faculté de Médecine Rockfeller à Lyon et se rend indispensable à l’équipement de chaque cabinet médical de la région.

1950 - 1988

Patrick Pfaifer rachète à la 14ème génération la Maison Lépine qui deviendra groupe lépine en 1991.
L’entreprise conçoit et met sur le marché en 1994, dans le cadre du marquage CE, sa première tige fémorale de hanche.

1988

Acquisition d’une première torche à plasma permettant le développement du revêtement bicouche composé de titane poreux et d’hydroxyapatite. Il recouvre aujourd’hui tous les implants sans ciment du groupe.

2002

Acquisition de l’usine Sanortho à Orthez où sont forgées plus de 25 000 tiges par an.

2005

Création de la première filiale commerciale en Espagne : lépine iberica.
Elle est rejointe la même année par le Maroc, l’Algérie, puis l’Italie en 2012, l’Allemagne en 2016 et enfin la Colombie en 2018.

2008

Déménagement sur le site de Genay où sont regroupées sur 20 000 m2 de production et de salles blanches, ainsi que toutes les activités de conception, fabrication, conditionnement et suivi clinique des implants du groupe.

2008

Le site d’Orthez enrichit son savoir-faire en intégrant le développement, la conception et la fabrication des têtes fémorales.

2013

La logistique de l’entreprise s’enrichit d’une série d’armoires intelligentes qui lui permet d’accroître considérablement le volume de colis expédiés chaque jour.

2015

Acquisition d’une fonderie de précision en Allemagne afin d’internaliser la réalisation de tous les bruts de fonderie des implants à géométrie complexe : cotyles et composants des prothèses de genou.

2016